Dee Lay (Animatrice Radio) – “’Il est capital pour un média traditionnel de développer sa partie numérique “

0

Notre série BANDE DE FEMMES se poursuit. Aujourd’hui, rencontre avec une femme des médias, une femme de l’audiovisuel. Elle s’appelle Dee Lay, elle est animatrice radio mais pas que. Et en cette période de confinement, elle fait partie de celles et ceux qui se doivent de continuer à travailler afin d’informer, aider et soutenir la population.

RTM | Bonjour Dee Lay, ravie de t’accueillir sur RTM. Pour commencer peux-tu te présenter pour nos lectrices et lecteurs ?

Dee Lay | Bonjour  RTM, bonjour mes Soleils, et merci de me recevoir parmi vous.  Je suis Dee Lay, une jeune femme afro-optimiste, parfaite représentante du commerce triangulaire.

Je suis présentatrice et productrice TV, animatrice radio, JRI, réalisatrice et créatrice de concept TV, et aussi comédienne et consultante déco.

RTM | Ta voix est connue par des milliers de guadeloupéens grâce à tes émissions et tes chroniques sur RCI. Quand as-tu pris conscience que ta voix comptait ?   

Dee Lay |  J’ai pris conscience que ma voix comptait lors de mes jeunes années. J’ai commencé mon parcours artistique très tôt par la musique et lors de mes représentations je voyais la façon dont les gens me regardaient. L’effet que ça leur faisait et surtout la manière admirative et très encourageante dont ils s’adressaient à moi après m’être exprimé à travers mon art.

RTM | De quoi rêvais-tu plus jeune ?

Dee Lay |  Plus jeune, je rêvais d’être hôtesse de l’air comme presque toutes les petites filles.
Et secrètement, je rêvais de devenir une star… j’étais fan de Michael Jackson et à travers la réussite de cet artiste incroyable, je me disais que tout pouvait être possible pour nous les Noirs.

RTM | Comment se sont fait tes débuts dans le secteur de l’audiovisuel ?

Dee Lay | Pour la petite histoire, j’ai grandi avec mes grands- parents maternels.

Mon grand-père était passionné de Hi-Fi/Vidéo et il avait acheté une caméra professionnelle JVC dernier cri avec laquelle je prenais plaisir à tourner mes petits reportages. Cette caméra tournait presque en permanence et filmait tous nos moments de vie ; on peut dire qu’à l’époque, la télé-réalité n’existait pas, mais nous la faisions déjà (rire) ! C’est donc là que mes débuts avec une caméra à la main ont véritablement commencé, à l’âge de 11 ans.

Artistiquement, ça a été à l’adolescence, lors des tournages de clips et courts-métrages.

Professionnellement, tout commence il y a un peu plus de 10 ans. J’avais créé ma 1ère émission de TV « RAYONS DE SOLEIL » sur une petite chaine antillaise à Paris appelée ACI. Quelques années plus tard, je me retrouve à la tête d’une émission d’actualités politiques mondiales : « LA VRAIE EMISSION » sur TELESUD. L’émission était diffusée à une heure de grosse audience (13H), dans 31 pays, à destination de plus de 116 millions de francophones à travers le monde, soit la France, 25 pays d’Europe, tout le continent africain, et les Etats- Unis… Ca en fait du monde !

Ce fût une expérience incroyable et extrêmement formatrice. C’est grâce à cela que j’ai pu rapidement devenir productrice de mes propres programmes; à savoir des pastilles de présentation pour des politiques, également pour des marques et surtout mon émission à succès diffusée sur 2 chaines de TV : “DON’T LIE WITH DEE LAY”. C’est ce talk-show qui m’a valu l’avatar dans les médias d’OPRAHDEE !

https://www.instagram.com/p/B1_9cKhAC8P/

RTM | Avant d’exercer en Guadeloupe, tu es  passé  par l’hexagone, sur Tropiques FM  notamment. Que retiens tu  de cette expérience et qu’est-ce qui t’a poussé à rentrer ?

Dee Lay | Oui, concernant la radio, j’avais déjà eu le loisir de pratiquer dans mon adolescence, sur la radio NRJ de la région où je vivais…Tropiques FM a été une formidable opportunité et aventure que je n’oublierais jamais ! Je ne remercierai jamais assez Claudy SIAR de m’avoir donné ma chance ! Cette liberté que nous avions de nous exprimer, ce lien particulier avec nos auditeurs, cette alchimie que nous avions entre animateur et tous les délires qui en résultaient, et puis cette proximité et ouverture d’esprit de notre boss Claudy: c’était vraiment une période formidable !

Concernant la Guadeloupe, je ne suis pas rentrée tout de suite. Au départ, je faisais des allers-retours chaque année pendant plusieurs années consécutives pour travailler pour Guadeloupe 1ère. J’animais mon émission « Rayon De Soleil »…  Vous voyez le mot “Soleil” ne m’a jamais quitté (rire). C’est une raison exclusivement familiale qui a conduit mon retour temporaire en Guadeloupe.

RTM | Tu officies depuis quelques années sur la 1ère radio de Guadeloupe, RCI. A quoi ressemble une de tes semaines types ? Et comment choisis-tu tes sujets ?

Dee Lay | Mes semaines filent à 100 à l’heure, car la préparation de mes émissions me prend vraiment beaucoup de temps et ce à n’importe quelle heure. En fait, je suis tout le temps en train de travailler !

Par émission, j’ai 4 sujets à développer chaque jour, ce qui me fait 20 sujets par semaine à préparer seule.

L’auditeur et le public ne voient, ou n’entendent, que le temps où je suis à l’antenne en direct ; c’est à dire tous les jours de 8h30 à 11h, mais en réalité tout le reste du temps je télétravaille pour la préparation des émissions.

Les différentes étapes de préparation sont les suivantes :

Je dois trouver le sujet. Puis je dois trouver le bon professionnel pour intervenir dessus. Ensuite, je dois me documenter sur le sujet à développer, le préparer avec le professionnel soit par téléphone soit de visu. Pour finir par rédiger les questions avant  de  pouvoir présenter ce sujet par la suite en direct.

Je choisis mes sujets toujours en adéquation avec l’actualité car mon émission « C’est La Vie » sur RCI, n’a pas pour ADN de la simple animation mais surtout du journalisme à travers les personnes que je reçois et les sujets d’expertise traités : droit, santé, social, immobilier, etc…

Cette émission a été créée sur mesure à mon image, avec tout ce qui est important pour moi : le bien-être et le développement personnel, la musique et le fait d’aider les gens à travers les sujets d’expertise de 1h. Après avoir présenté “La Matinale”, c’était pour moi la parfaite transition afin que je puisse m’épanouir pleinement dans mon art.

RTM |  Tu fais parties de celles et ceux qui en ces temps de crise    se doivent de continuer d’exercer, les médias ayant un rôle central dans la diffusion de l’information. Qu’est-ce qui a changé dans ton activité depuis le début le cette crise sanitaire  ?

Dee Lay | Tout à fait ! Cette crise sanitaire, cette pandémie a changé pour nous tous, notre manière intrinsèque de fonctionner, de vivre. Un média comme RCI est au cœur même de cette préoccupation qui est d’être au plus proche de notre population, l’informer, l’aider, la soutenir, la divertir et même la faire sourire en ces moments si particuliers. Il est vrai que RCI a toujours été extrêmement proche de la population. Nous avons un rôle central à tenir, et tous autant que nous sommes au sein de l’entreprise, avons bien conscience de la responsabilité qui est la nôtre dans la vie de nos concitoyens, nos auditeurs, mes Soleils.

Ce qui a véritablement changé à notre niveau, c’est la manière de travailler, c’est-à-dire que les effectifs sur place ont considérablement diminué afin d’éviter le plus possible le contact physique entre les individus. Nous ne recevons plus d’invité en studio. Toutes les émissions se font par téléphone. Les locaux sont déserts, c’est assez particulier ! Et puis, il y a aussi les règles d’hygiène que nous devons opérer. A savoir désinfecter tout notre espace de travail avant et après notre prise d’antenne, limiter la manipulation de documents, tout se fait par informatique à présent; et puis, avoir nos propres bonnettes, etc… Nous nous sommes adaptés afin de pouvoir mener au mieux notre mission.

https://www.instagram.com/p/B9CQyc_A2m7/

RTM |  S’il y a quelques années la télévision et la radio étaient les seules sources d’information, les réseaux sociaux ont bouleversé notre rapport à l’information. Comment vois-tu la cohabitation entre médias traditionnels et émergence des réseaux sociaux ?

Dee Lay | A l’ère numérique dans laquelle nous sommes actuellement, l’un ne peut pas aller sans l’autre, c’est impossible si nous souhaitons évoluer avec notre temps !

La multiplication des échanges via le net est l’atout majeur de cette évolution médiatique.

Plateformes d’échanges, réseaux sociaux et sites collaboratifs mettent en avant la particularité du web 2.0, qui est de se tourner davantage vers les internautes que nous sommes tous à l’heure actuelle.

Effectivement, grâce aux réseaux sociaux, nous pouvons toucher un public que nous ne touchions pas habituellement, nous sommes ouverts sur le monde, le partage des informations est beaucoup plus rapide, viral… nous pouvons connaître directement l’opinion du public via les commentaires.

Nous pouvons aussi ajuster notre offre et proposer au public ce qu’il aime ; ce sont des milliers de possibilités de communication et de fonctionnement qui s’offrent à nous ! Cependant, concernant la question de la cohabitation entre médias traditionnels et l’émergence des réseaux sociaux, il faut malgré tout faire très attention aux fake news qui pullulent sur le net, d’ailleurs Facebook et Instagram ont depuis instauré un dispositif de lutte contre les fake news.

Le plus simple afin d’éviter de se faire avoir, est que lorsque l’on recherche une information d’actualité autant aller directement sur la page du professionnel des médias !

Par ailleurs, pour aller plus loin encore, en vérité, nous ne sommes plus vraiment dans le web 2.0, nous sommes déjà dans le web 3.0 qui est celui de la mobilité, des objets connectés et des données ; ce qu’on appelle d’ailleurs le web sémantique.

En résulte qu’il est capital pour un média traditionnel d’exister et de développer sa partie numérique en s’adaptant rapidement à ce mode d’information et de communication s’il veut pourvoir perdurer dans le temps donc dans l’avenir.

RTM | Qu’est-ce que cette période de crise a changé dans ton rapport au monde, à l’autre ou même à toi même ?

Dee Lay | Et bien écoutez, contre toute attente, je suis devenue beaucoup plus active sur les réseaux sociaux ! Pourquoi je dis « contre toute attente » ? parce qu’avant j’étais active, je postais 2, 3 choses et puis il pouvait se passer plusieurs jours sans que je sois présente.

Aujourd’hui, je suis tout le temps dessus (rire) ! Je communique énormément. Je suis devenue beaucoup plus proche du monde à travers toutes les stories que je poste sur Instagram, les commentaires qui en découlent et auxquels je réponds… Le fait de partager avec le monde mes rituels beauté, sport, alimentation, mes pensées, etc… les vidéos en direct où je partage en instantané ce que je fais, où je suis, ce je dis, échanger de vive voix avec mes followers, chanter même ! Je me retrouve même à faire des vidéos humoristiques sur TIK TOK !C’est vraiment génial tous ces moments de partage et aussi tout cet amour qui en résulte !

Avant cette période de crise, je vivais déjà confinée. Je ne suis pas quelqu’un qui sort beaucoup. Après le travail, j’organisais mon temps entre mon grand- père dont je m’occupe et qui est la raison principale de ma présence en Guadeloupe, et mon cheval.

Aujourd’hui, les réseaux sociaux m’ont permis de m’ouvrir plus et partager des moments vrais, sincères et personnels avec les autres. Il est vrai que je n’ai pas vraiment de filtre et suis assez naturelle dans ce que je partage; ce sont effectivement les retours qui me sont fait le plus souvent de la part des followers. Je peux par exemple poster une vidéo où je sors de mon lit, en pyjama, pas maquillée, pas coiffée, je n’ai pas de honte avec cela, pas de honte à ce qu’on me voit tel que je suis ! Et il me semble que c’est ça la vie, être en accord avec soi-même et s’épanouir de choses simples et saines.

J’estime que lorsque nous avons choisi d’être un personnage public, nous portons une voix, nous avons donc une responsabilité envers les personnes qui nous entourent, autant que faire se peut, l’image que nous véhiculons se doit d’être la plus positive et saine possible, afin de motiver, inspirer, aider ceux qui nous suivent.

Personnellement, c’est ainsi que je conçois la vie !

RTM | Comment envisages-tu l’après COVID-19 ?

Dee Lay | A vrai dire, je n’ai pas d’appréhension particulière, faisant un métier d’information je suis assez lucide sur la situation. Il est évident que la situation économique sera extrêmement difficile pour une bonne partie des entreprises.                   .

Financièrement, nous devrons nous serrer un peu plus la ceinture qu’à l’accoutumée. Le confinement nous aura changé dans notre manière de fonctionner vis-à-vis de notre prochain, dans notre manière de voir les choses.

J’espère à plus de bienveillance et d’entre-aide, mais aussi le fait de consommer local que nous avons appliqué avec abondance ces dernières semaines, perdure même après. Et puis, il sera primordial de continuer à pratiquer les gestes barrières de manière sérieuse afin de ne pas se retrouver avec une nouvelle vague de COVID 19, et au-delà du virus, en terme d’hygiène tout court !

RTM | Dernièrement dans une interview, Christiane Taubira disait, que « ce sont les femmes qui tiennent la société ». Que penses-tu de cette phrase ?

Dee Lay | Ne sachant pas dans quel contexte Mme TAUBIRA a tenu ses propos, je nuancerai en disant que je pense qu’elle n’a pas totalement tort, surtout dans notre société antillaise où beaucoup de femmes sont considérées   comme   étant    des    potos-mitans.   Il y a ces femmes TOTEM dont nous sommes fières. On dit d’ailleurs que derrière tout grand homme se trouve une grande femme, un exemple : Barack OBAMA et Michelle !

Du côté de la France, même si cela n’est pas dit, je doute que le président MACRON prenne une décision sans en avoir discuté au préalable avec Brigitte ! (rire)

Un homme consulte toujours sa femme avant toute prise de décision importante. La femme polie les manières et donne le sentiment de bienséance, elle conseille, épaule et propulse au sommet afin que l’homme soit grand ; c’est pour cela que je dis en terme plus général, à mon sens, que les femmes tiennent la société avec le concours des hommes, car nous ne pouvons fonctionner qu’ensembles !

RTM | Quels conseils donnerais-tu aux femmes qui ont du mal à traverser cette  période pleine d’incertitudes ?

Dee Lay | De tenir bon, demain est un autre jour ! Nous sommes les souveraines de l’univers, des QUEENS !

Une femme peut endurer tellement de souffrance et se relever avec le sourire… si nous avons la capacité de mettre des enfants au monde, que pouvons-nous pas faire franchement après cela ?!!!! Nous sommes fortes, solides, belles ; à nous de construire notre avenir tel que nous le rêvons. Soyons fières de nous, améliorons-nous chaque jour afin de devenir une meilleure version de nous- mêmes et inspirer ceux et celles qui nous entourent, ceux et celles qui arrivent derrière, la relève…

Et surtout, soyons soudées, arrêtons de nous critiquer constamment. Il ne faut pas oublier que c’est l’union qui fait la force !

RTM | As-tu  des projets en préparation ?   

Dee Lay |  Oui, bien sûr ! toujours ! au niveau professionnel et personnel d’ailleurs ! En TV, il y a des choses en préparation, mais je n’en dis pas plus ! J’adore ce proverbe qui dit : « Fais tes projets en silence, la réussite se chargera du bruit ! »

RTM | Si tu devais nous citer 3 femmes qui t’ont inspiré tout  au long de ton parcours ?   

Dee Lay |  Oprah WINFREY, Angélina JOLIE, Angela DAVIS et désolée mais je dois en rajouter une 4ème qui est La Mulâtresse Solitude.

RTM | Et enfin, qu’est-ce qui fait de DEE LAY une Reine Des Temps Modernes ?

Dee Lay | Ma détermination, mon aura et ma féminité !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici