Jeannine Fischer (Directrice artistique) – “Au commencement, il y avait un rêve, une envie, une ambition”

0
126

Notre QUEENSPIRATION du jour nous emmène du côté du Nord de la France. Installée à Lille depuis plusieurs années, elle est la fondatrice de l’association Wawa L’asso propose des évènements culturels et artistiques autour des cultures Afros. Rencontre avec la talentueuse Jeannine Fischer.

 

 

RTM | Bonjour Jeannine, peux-tu te présenter pour nos lectrices et lecteurs  ? 

Jeannine | Je m’appelle Fischer Siéwé Jeannine j’ai 37 ans, je suis franco-camerounaise, née à paris mais lilloise d’adoption. Après une école de communication, je suis passée par une une agence de com, j’ai ensuite été responsable des achats, de la vente et de la communication pour une boutique à Lille. J’ai tout plaqué il y a 5 ans pour fonder Wawa dont je suis la Directrice artistique. Wawa est une structure culturelle lilloise inédite, qui organise des évènements culturels et artistiques autour des cultures afro-caraïbes-brésil.

RTM | Du privée au monde associatif. Qu’est-ce qui t’a poussé à quitter le privée? 

Jeannine | J’ai toujours eu envie d’entreprendre. Depuis toute petite, j’organisais les spectacles de fin d’année de l’école maternelle de ma mère, je montais des groupes de danse, j’organisais des expos. A 17 ans, j’ai organisé ma 1ère expo d’artisanat dans ma fac à Lille. Je suis passionnée par plusieurs domaines : l’art, la photo, la mode, la danse, l’évènementiel, la création etc. J’ai décidé de créer Wawa qui est une réunion de toutes mes passions. Ce projet murissait déjà dans mon esprit depuis des années et au début, je ne savais pas bien comment définir un concept cohérent.

Ma motivation principale était que j’aspirais à travailler pour moi et gagner de l’argent au travers d’un projet inspirant et surtout qui donnerait du sens à ma vie, qui me ressemblerait et qui pourrait profiter, fédérer et valoriser ma communauté. Un jour ça a été évident pour moi, je me suis lancée et depuis ma vie a radicalement changé.

Aujourd’hui nous organisons des évènements qui rassemblent près de 2000 personnes, on a près de 130 élèves dans notre école de danse, on a créé une compagnie de danse, on produit nos propres évènements, on a créé un webmagazine et on s’apprête à sortir notre marque de bijoux, vêtements et accessoires.

C’est une aventure dure, mais tellement riche ! Une aventure faite de sacrifices, de désillusions c’est vrai. Mais j’ai gagné tellement plus à sauter le pas et j’ai appris tellement sur moi et sur les autres. Et on a encore plein de rêves, de projets à réaliser.

 

“J’avais envie de crier un grand « oui » aux rencontres, aux partages et à la valorisation de ces cultures de matrice africaine.”

 

RTM | Quelle a été la genèse de ton association Wawa L’asso ? 

Jeannine | Au commencement, il y avait un rêve, une envie, une ambition. L’ambition profonde de changer les lignes et de proposer quelque chose d’inédit, quelque chose qui bousculerait les codes, une autre vision, ma vision des cultures afro et de l’évènementiel en tant que de femme noire, franco-camerounaise, profondément amoureuse de son continent et désirant le démontrer au travers de l’événementiel culturel avec une expertise communication et marketing.

On a commencé avec des petits, tous petits évènements. Puis de 2 nous sommes passés à 3, 4. ..10 bénévoles dans l’asso. Aujourd’hui, j’ai tout restructuré et nous sommes réellement 2 personnes opérationnelles : Sabrina Laidouni et moi . Puis, nous avons des stagiaires, des assistantes, des bénévoles etc.

Au début nous avons testé plusieurs concepts, et nous avons gardé ceux qui fonctionnaient vraiment en terme de rentabilité, en terme de fréquentation et de visibilité.

RTM | Après 5 ans d’existence, la vision que tu avais au départ concorde-t-elle avec la réalité ? 

Jeannine | Le fond est le même, la forme a changé. On a dû réadapter, modifier, ajuster. Il y’a des évènements, des concepts que nous avons supprimés. Parfois à mon grand regret. Mais choisir c’est renoncer !

RTM | Vous avez plusieurs manifestations phares, telles que le festival Waka Waka, et la Fashion Outlet Party qui se déroulait notamment le 24 Novembre dernier. Peux-tu nous en dire plus sur cette manifestation ?

Jeannine | Nous avons en réalité 3 grands évènements dans l’année :

> Le Festival Waka waka, festival des danses et musiques afro urbaines. Nous avons réuni 700 personnes l’année dernière et cette année nous sommes en train de trouver une formule encore plus inédite !

> La Happy New Hair : valorisation des cheveux bouclés crépus frisés et des peaux noires et métisses. Nous allons changer de formule plus légère pour 2019 car impossible pour nous de tenir le rythme de ces 3 évènements. C’est beaucoup trop lourd.

> Et le plus gros de nos évènements est la Fashion Outlet Party : mode éthique et solidaire. Cette année nous avons eu près de 2000 personnes. C’était une édition formidable aves une 15 aine de créateurs, 120 modèles et 20 danseurs. Près de 80 bénévoles, pour un défilé de mode, un show époustouflant de mode, de danse, de musique qui a duré près de 1H30, entièrement chorégraphié par Sabrina Laidouni, la chorégraphe officielle. Un évènement mode devenu incontournable à Lille et qui met en valeur une mode solidaire, éthique et des créateurs locaux et afro caraïbeen.nes.

 

 

RTM | Quelle est la ligne directrice et le message que vous portez à travers vos différents évènements ?

Jeannine | La ligne directrice est la valorisation des cultures de matrice africaine. Nous produisons nos propres évènements et mettons en valeur des talents de cette communauté. Nos valeurs : Estime de soi- exigence professionnelle- audace créative

RTM | « Wawa » ça vient d’où ? Ca signifie quoi ? 

Jeannine | Ça vient du wolof « waw waw » qui veut dire “oui”. J’aimais bien le mot c’était simple à prononcer et je suis très fan du Sénégal. Un de mes pays préférés en Afrique. J’avais envie de crier un grand « oui » aux rencontres, aux partages et à la valorisation de ces cultures de matrice africaine.

RTM | Paris est considéré comme la capitale culturelle, et malheureusement les évènements qui s’y déroulent, font souvent de l’ombre aux multiples initiatives que l’on peut retrouver dans les autres grandes villes de France. Comment pallies-tu à cela surtout d’un point de vu communication ?

Jeannine | Au début de cette aventure entrepreneuriale, je pensais que nous souffririons de l’ombre de Paris mais nous avons trouvé notre public ici dans le Nord. Nous avons su au contraire tirer profit de la position stratégique de Lille : entre Paris et Bruxelles. Nous avons aussi l’Angleterre pas loin. Nous allons dans un 1er temps renforcer notre position sur le territoire des Hauts de France et ensuite investir des parts de marché à l’international. Pour ce qui est de notre communication, nous sommes très présents sur les réseaux sociaux et nous avons privilégié une communication majoritairement digitale donc qui ne nous limite pas seulement sur notre territoire. Avec une image de marque différenciante et un vrai univers qui nous est propre.

View this post on Instagram

🚩AU COMMENCEMENT IL Y AVAIT UNE IDÉE,UN RÊVE! Et derrière chaque projet, il y’a des personnes!"Croyez en vos rêves et ils se réaliseront peut-être. Croyez en vous et ils réaliseront surement" Martin Luther King Et vous? Quel est votre plus grand rêve ? À wawa nous avons encore tellement de rêves à partager et à vivre avec vous. Nous vous remercions du fond du cœur de faire constamment grandir ces précieux rêves! @sabrina_laidouni 📸: @laboitestudio X @renaux_bastien_lbs • boucles d’oreille à gauche @sabfashionista12 • Tunique à gauche @northern_pride_smocks #entreprendre #businesswoman #wawalasso #partnerincrime #red #photography #activism #cameroun #team237 #algerie #africaisrising

A post shared by wawalasso (@wawalasso) on

RTM | Tu as une multitude de casquettes, comment parviens tu à garder le cap ?

Jeannine | J’ai la chance d’être bien entourée par des passionné.es et des pros. Des personnes bienveillantes et positives. Je suis bénie d’avoir une collaboratrice et amie en or : Sabrina Laïdouni et une amie extrêmement motivante : Samira El Ayachi. J’essaye le plus possible de rester focus, de faire des bons choix stratégiques. Avec le temps, j’ai appris à canaliser mon énergie et à lâcher prise. L’importance de la famille, de l’entourage est cruciale. J’ai la chance d’avoir une famille présente et encourageante. Ça compte beaucoup. Il faut dire aussi que dans wawa nous avons une majorité de personnes bienveillantes et passionnées. C’est un cadeau extraordinaire. Nous cultivons la solidarité, la bienveillance, l’entraide et ça fonctionne !

RTM | Ton meilleur outil pour organiser tes journées ? 

Jeannine | Mon agenda électronique avec mes 10 000 rappels (rires)

RTM | Quel est le meilleur conseil que tu aies reçu ? 

Jeannine | Pour réussir, il faut savoir bien s’entourer !

RTM | Peux-tu nous citer 3 femmes qui ont marqué ton parcours ? 

Jeannine | Oprah Winfrey : mon modèle absolu : empowerment, entreprenariat, force de caractère, noblesse d’âme, vision stratégique, richesse. Ma maman : ma base… et Simone Veil : Elle a délivré tellement de femmes…entre autres il y en a tellement d’autres que je pourrai citer…

View this post on Instagram

LA FILLE A LA CALEBASSE! • Si vous êtes à Accra, ne vous privez pas de faire un tour sur ce pittoresque marché , un de plus grand d’Accra: Makola market. Situé dans le centre, vous trouverez presque TOUT! • Prenez le temps de vous enfoncer au plus profond du marché c’est là qu’y est le plus intéressant ! On a déniché des petites merveilles dont cette calebasse. • J’adore les calebasses! Petite, j’aimais déguster une bonne bouillie de maïs à l’intérieur. La calebasse donnait une saveur particulière à la bouillie! Je les aime vierges de tout ornement, je les aime décorées, je les aime sculptées…bref je les aime dans plein d’états différents. Ici à Accra, ils servent de la bière locale ou du vin de palme à l’intérieur et c’est divin! Et vous connaissez vous la calebasse? #calebasse #accra #blackgirlmagic #accraghana #makolamarket #market #blackgirltravel #ghana @visiterlafrique @travelnoire @blackgirlstraveltoo @ghanaposts @accrafoodie #nomakeup

A post shared by Jeannine Fischer Siéwé (@jeanninefischer) on

RTM | Qu’est-ce que Jeannine dirait à la Jeannine de 5 ans ? 

Jeannine | Tu es sur le bon chemin, continue à cultiver ta différence et être toi véritablement, continue à croire en tes rêves et à les nourrir pour qu’ils soient plus grands que tes peurs. Sinon je lui dirais aussi d’arrêter de sucer son pouce et d’être plus concentrée hahha

Merci Maman pour ton excellente éducation tellement révolutionnaire dans le Cameroun des années 80 !

RTM | Si tu devais faire un mini bilan de l’année 2018 en 3 mots, quel serait-il ? 

Jeannine | Ce serait un bilan plutôt positif. Je souhaite rester focus et surtout  ne jamais cesser d’innover.

RTM | Qu’est-ce que vous nous réservez pour l’année 2019 ? 

Jeannine | Plein de nouveautés : Un voyage culturel au Ghana et Cote d’Ivoire. Notre ligne de vêtements et bijoux et accessoires. Une Fashion Outlet inédite et Un Gala de danse spectaculaire.

RTM | Qu’est-ce qui fait de Jeannine une Reine Des Temps Modernes ?

Jeannine | L’envie constante d’innover, d’exceller et d’inspirer !

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.