Délicat Elan

Je me lève quand la lumière filtre les rideaux de la chambre. Le bruit. Gazouillement d’oiseau, brouillard de voiture, dialogue incessant. La capitale ressurgit à mon oreille comme un bourdonnement. Dans des jours de grâce, j’aperçois la poussière, douce et enchanteresse que la lumière éclaire. Elles dansent pour me rappeler que tout ce que j’aperçois, vis et observe est parfois illusion et magie. Je répète chacun de mes mouvements. Je bouge car l’amour dans ma poitrine fait circuler mon sang. Je connais chacun de mes gestes, car ça fais des années que je les répète. Et pourtant chaque jour à la fois similaire, à la fois différent. Avec souvent des questions, que la vie, devrait un jour me mener à répondre. Est-il le bon ? Suis-je sur la voix que mon coeur veux vivre ? Suis-je à son écoute ? Les questions, parfois en tête, parfois rangées… ne doivent pas m’empêcher d’avancer. Je lève ma tête vers le ciel. La journée, c’est l’ étoile Soleil qui m’illustre les nuages, ou son bleu épuré. En rentrant du travail, c’est la douceur de ces boules aux éclats de cristal qui semble me sourire. Je m’y incline. Car dans ma poitrine, il y a l’amour qui me fait vivre; Cette amour qui nous habite.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.