Nouvelle semaine, nouveau portrait. Aujourd’hui nous rencontrons Chérifa, une jeune femme de 32 ans qui vient tout juste de finaliser son premier roman en auto-édition “Dans la peau d’Audie”. Notre QUEENSPIRATION aime les mots, les mots qui font rêver, les mots qui racontent, les mots qui inspirent, les mots qui s’inspirent… de ce que l’on vit ou que l’on aimerait vivre. C’est parti pour une nouvelle rencontre !

 

 

RTM | Bonjour Chérifa, avant de commencer peux-tu te présenter à la RTMsphère ?

Chérifa | Bonjour Wendie et merci pour cette interview ! Je m’appelle Cherifa Tabiou, j’ai 32 ans, je suis d’origine Togolaise et maman d’une petite fille de 5 ans.

Après un bac littéraire, j’ai obtenu une licence en langues étrangères appliquées (Anglais, Espagnol) car j’ai toujours été attirée par les langues. Puis, j’ai poursuivi avec un master en communication et ressources humaines.

J’ai ensuite démarré mon parcours professionnel dans les ressources humaines et j’occupe actuellement un poste de responsable RH dans une entreprise informatique.

Outre les langues, j’adore lire, écrire, dessiner, écouter de la musique, danser, et… Déguster les bons plats issus de la gastronomie africaine !

RTM | Avant de parler de ton premier roman, parlons de ton blog de critique littéraire que tu tiens depuis 2014. Qu’est-ce qui t’a donné envie de partager tes lectures ?

Chérifa | Eh bien, j’aime me définir comme une amoureuse des livres, car d’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé lire. Lorsque mon père revenait à la maison avec des livres comme cadeau, j’étais au paradis. Et je l’étais encore plus à la bibliothèque de mon collège. D’ailleurs, durant mes années collège, j’étais un véritable rat de bibliothèque.

J’ai même fait partie d’un club de lecture où nous devions rédiger des petites fiches de lecture et cette activité me rendait réellement heureuse.

J’avais pensé à créer un blog depuis mes années d’université puis d’école de commerce mais mon emploi du temps chargé était une excuse toute trouvée. En juin 2014, l’envie et la passion sont devenues plus fortes que les excuses !

Alors, je me suis lancée et j’ai créé Bouquins-land (www.bouquins-land.blogspot.com), blog sur lequel je partage mes lectures, avec notamment des livres d’auteurs africains ou afro-descendants (Chimamanda Ngozi Adichie, Leonora Miano, Théo Ananissoh, Kangni Alem, Guy Alexandre Sounda, Gaël Faye) et européens (Sophie Kinsella, Raphaëlle Giordano, Guillaume Musso, Marc Levy).

 

 

RTM | A quel âge se révèle ton amour pour les mots ?

Chérifa | Hum, je dirais… Dès que j’ai su lire ! (rires)

RTM | Quels sont les auteurs qui ont marqué ton enfance ? 

Avant 10 ans, je lisais surtout des livres de contes africains et les contes de Perrault. Puis, au collège, j’ai découvert et adoré l’univers d’à travers les aventures divertissantes de son célèbre club des cinq qui avait toujours une énigme intéressante à résoudre.

Toujours au collège, j’ai dévoré des classiques de la littérature africaine et j’ai été particulièrement marquée par « Une si longue lettre » de Mariama Bâ à travers le récit nostalgique et touchant de la narratrice ; « De Tilène au plateau » de Nafissatou Diallo, qui relate le parcours de Safi, de sa petite enfance jusqu’à son âge adulte ; et « Les frasques d’Ebinto » d’Amadou Koné, que j’ai dû lire deux ou trois fois (rires) même si les tribulations amoureuses et dramatiques des personnages principaux ont arraché quelques larmes à l’adolescente que j’étais.

RTM | En 2014, dans le premier article de présentation de ton blog de critique littéraire, tu annonçais déjà ton envie d’écrire un roman. En Octobre sortira officiellement ton roman « Dans la peau d’Audie ». Quel a été le déclic ?

Chérifa | Disons que de livres en livres, de lectures en lectures, je me suis moi-même mise à écrire. Le contenu de ma première « œuvre » écrite à 14 ans était peu digeste (rires) mais j’ai continué à écrire et d’années en années, je me suis améliorée. En parallèle, j’ai toujours eu envie de publier mes écrits. C’était un rêve que je caressais, sans pour autant réellement œuvrer pour concrétiser mon projet.

Et puis, en septembre 2014, j’ai participé à un concours d’écriture de nouvelles où j’ai eu la chance de faire partie des gagnantes avec ma nouvelle dont le personnage principal est le même que celui du roman « Dans la peau d’Audie ». Ce petit succès a été un véritable boost pour moi alors, j’ai eu envie de peaufiner l’histoire courte que j’ai écrite pour le concours afin d’en faire un roman. C’est ainsi qu’est né « Dans la peau d’Audie ».

Et pour tout dire, je me suis beaucoup attachée au personnage de Sarah, cette jeune femme engluée dans une vie insatisfaisante et qui finit par faire preuve d’audace et prendre sa vie en main !

RTM | Peux-tu nous raconter, sans trop nous en dire bien évidemment, l’histoire de ton personnage principal Sarah Assouma ?

Chérifa | Sarah Assouma est une jeune femme noire et célibataire de 29 ans qui travaille comme attachée de presse dans une agence parisienne de renom. Elle est joyeuse, rêveuse, plutôt optimiste et déterminée, et aussi bourrée de talents. Mais, à l’orée de ses 30 ans et, outre le fait qu’elle n’est pas épanouie dans sa vie professionnelle du fait d’une chef autoritaire et peu commode au quotidien, elle subit la pression de ses quatre meilleures amies et de sa famille pour se trouver un mari.

Au début, Sarah vit très mal cette pression et en est affectée, mais finit par prendre une décision : prendre sa vie en main ! Arrêter de se morfondre sur sa vie insatisfaisante et agir pour être épanouie selon ses propres envies et non celles de son entourage ou de la société.

Et pour cela, elle décide de se mettre dans la peau d’Audie ! Ah, ah… Je devine que la RTMsphère meurt d’envie de savoir qui se cache derrière « Audie » mais pour le savoir, il faut livre le livre ! 🙂

Et puis, l’histoire de Sarah, c’est aussi une belle histoire d’amitiés, avec ses meilleures copines hautes en couleur – mention spéciale pour l’une d’elles, d’ailleurs (rires) – et en prime, une histoire d’amour. Sans ça, impossible d’avoir une comédie romantique digne de ce nom ! 🙂

 

 

RTM | Sarah, c’est un peu l’histoire de beaucoup de femmes notre génération. Ces questionnements et pressions sociales les as-tu toi même rencontrés ?

Chérifa | En effet, l’histoire de Sarah est celle de beaucoup d’autres femmes et je me suis moi-même mis la pression sur cette question de l’âge fatidique des 30 ans. La société est réellement dure et exigeante envers les jeunes femmes de plus de 30 ans qui ne sont pas mariées, n’ont pas d’enfants ou n’ont pas d’emploi stable.

Alors, j’ai eu envie de traiter le sujet sous un angle léger et l’un des messages que je veux faire passer à travers le livre, c’est qu’il faut laisser les gens tranquilles ! (rires).

C’est vrai, chacun a le droit de faire ce qu’il veut ! Se marier ou non, avoir des enfants ou non. Cela doit être un choix personnel et non une obligation ! Et au final, ce n’est pas une fin en soi car on peut très bien s’épanouir autrement que par une vie familiale.

RTM | L’auto-édition était-ce un choix de ta part ? Si oui, pour quelles raisons ?

Chérifa | Lorsque j’ai finalisé mon manuscrit, j’ai d’abord instinctivement pensé à l’envoyer à des maisons d’édition et j’ai commencé à prendre des renseignements dans ce sens. Mais, je me suis vite rendue compte que les maisons d’éditions reçoivent énormément de manuscrits et le délai pour avoir une réponse peut être de plusieurs mois, sans garantie que la réponse soit positive.

Alors, j’ai pesé le pour et le contre et, ayant lu plusieurs articles sur le web, j’ai fait le choix de m’orienter vers l’auto-édition, bien que le parcours semblait plus compliqué que celui de l’édition classique.

En effet, il faut tout faire soi-même (de la mise en page du livre, jusqu’à sa promotion) et il est difficile d’obtenir de la visibilité auprès du public et des médias. Mais avec le recul, ce parcours entamé depuis quelques mois m’a incroyablement enrichie et m’a contrainte à sortir de ma zone de confort et dépasser mes limites !

Je ne regrette donc pas ce choix car je sors grandie de cette aventure. Toutefois, si j’ai par la suite l’opportunité de passer par une maison d’édition, j’étudierai sérieusement la question car en tant qu’auteur auto-édité, on cumule plusieurs casquettes et cela peut s’avérer lourd à gérer au quotidien, surtout lorsqu’on a un job à plein temps à côté.

RTM | Pour toutes celles et ceux qui souhaiteraient se procurer ton ouvrage, où sera-t-il disponible ?

Chérifa | Tout d’abord, le livre est actuellement en prévente jusqu’au 21 octobre 2018. Chacun peut se procurer un exemplaire dédicacé du livre, accompagné d’un marque-pages offert à l’effigie du roman. Ci-après le lien de la prévente : https://www.leetchi.com/c/prevente-roman-dans-la-peau-daudie

Ensuite, il sera disponible officiellement à partir du 25 octobre 2018, toujours sur Leetchi, ainsi que sur les librairies en ligne (Amazon, Fnac, Culture, Decitre etc.).

Je recommande vivement à la RTMsphère de me suivre Facebook (@danslapeaudaudie https://www.facebook.com/danslapeaudaudie/) ou sur Instagram/Twitter (@cherifatabiou) pour ne rien rater !

 

 

RTM | Où puises-tu ton inspiration pour écrire ?

Chérifa | Mes inspirations sont multiples et viennent de la vie de tous les jours, de situations même anodines comme une scène dans la rue, dans un parc, dans un supermarché, au travail… Mais aussi des histoires qu’on me raconte parfois, des livres que je lis, des chansons que j’écoute, des films que je regarde. Bref, je puise mon inspiration partout autour de moi !

RTM | Si tu devais nous recommander un livre sans trop réfléchir, ce serait lequel ? 

Chérifa | J’adore le style habile et prenant de l’auteure nigériane Chimamanda Ngozi Adichie qui a notamment une capacité remarquable à dépeindre la culture nigériane en général et Igbo en particulier. Et si je ne devais recommander qu’un de ses livres, ce serait « L’autre moitié du soleil » qui raconte l’histoire d’amour entre Olanna et Odenigbo, sur fond de guerre du Biafra, dans le Nigéria des années soixante. Émotions garanties ! (rires).

RTM | Si tu devais nous citer une difficulté rencontrée pendant ton parcours, quelle serait-elle ? 

Chérifa | Ah, des difficultés, on en rencontre tout le temps et dans tous les domaines… Mais, je citerais celle qui m’a le plus éprouvée ces derniers mois : réussir à trouver du temps pour lire des livres, alimenter le blog, participer à des concours de nouvelles, finaliser mon premier roman, faire des recherches en vue de l’auto-édition… Bref, réussir à faire ce qui me passionne tout en honorant mes engagements professionnels et en gérant ma vie privée et familiale.

RTM | Comment l’as-tu surmonté ? 

Chérifa | Autour de moi, on me demande souvent comment je trouve le temps de tout faire. Mais, je n’ai pas de recette miracle. Mon seul mérite est d’avoir des objectifs clairs et de me motiver chaque jour pour garder le cap et les atteindre ! Bien sûr, quand ça devient encore plus dur de pouvoir se dégager du temps, je suis parfois tentée de tout mettre en stand-by car ça paraît plus facile, mais je me répète mentalement que je peux y arriver, que ce n’est pas insurmontable, que je suis capable de le faire, et peu à peu, je retrouve de la motivation.

Encore une fois, la lecture et l’écriture sont de réelles sources d’épanouissement pour moi alors je ne m’arrête pas face aux difficultés. Je les regarde bien en face et je leur dis : même pas peur ! (rires)

RTM | Chérifa dans 10 ans, on la retrouve où ?

Chérifa | Hmm, 10 ans, c’est encore très loin ! (rires). Eh bien, j’espère que vous me retrouverez toujours dans l’univers des livres, avec plusieurs romans à mon actif. Par ailleurs, en tant que maman d’une petite fille noire, je peine à trouver des livres jeunesse illustrés avec des personnages noirs auxquels elle puisse s’identifier. Depuis quelques années, les choses semblent bouger dans le bon sens (notamment avec les initiatives de Laura Nsafou, Madina Guissé ou encore Cristèle Karmen Dandjoa) mais les livres jeunesse avec des personnages noirs demeurent rares.

La question de la représentation des noirs dans la littérature est donc très importante pour moi, aussi ai-je également des projets de livres jeunesse en cours. J’espère que dans 10 ans, j’en aurai également publié plusieurs ! 🙂

RTM | Ton actu qu’il ne faut surtout pas manquer ? 

Chérifa | La prévente du livre jusqu’au 21 octobre 2018 qui se déroule ici : https://www.leetchi.com/c/prevente-roman-dans-la-peau-daudie

Toute l’actualité du roman sera disponible également sur mes réseaux sociaux :

 

RTM | Qu’est ce qui fait de Chérifa, une Reine Des Temps Modernes ?

Chérifa | Wow, c’est extrêmement flatteur de se visualiser comme une « Reine des temps modernes » ! (rires). Plus sérieusement, j’ai été positivement marquée par le discours de l’actrice noire américaine Viola Davis, en 2015, lors de la remise de son Emmy Awards, lorsqu’elle a déclaré que « la seule chose qui sépare les femmes de couleur de n’importe qui d’autre, ce sont les opportunités ». Alors, j’aimerais, à travers mes écrits et les personnages que j’invente, être une « Reine des temps modernes » en apportant ma pierre à l’édifice de la représentation des noirs dans les livres et dans les médias.

Inscrivez-vousgratuitement à notre Sweetletter !

Le meilleur de Reines Des Temps Modernes dans votre boîte mail !

Ton inscription a bien été prise en compte ! À très vite dans ta boîte mail !

Pin It on Pinterest

X